La refonte d’un site web est toujours un projet compliqué pour le référenceur, car il s’agit de convaincre le client (vous) qu’il faut modifier le moins de choses possibles sur le site, ce qui est un comble pour une refonte de site web.
Pour ceux qui souhaitent des conseils pour gérer au mieux la refonte d’un site au niveau SEO, il vous suffira de cliquer sur le lien.

Votre vision du besoin

Pour le client, les besoins sont souvent très simplement exprimés :
“Je veux du neuf sur mon site”
”Je souhaite un nouveau site”
  • Traduction pour le webmaster : “Mon client souhaite un nouveau design.”
  • Compréhension par le développeur : “Mon client veut refaire son site dans une toute nouvelle techno pour être à la pointe et narguer ses concurrents.”
  • Retranscription du besoin par l’agence de communication : “Mon client veut un nouveau design ET revoir ses contenus. Il faut lui proposer une nouvelle charte graphique (nouveau logo, nouveau design, nouvelle carte de visite…) ET mettre ses contenus au goût du jour (contenus plus épurés, plus institutionnels, plus courts, plus impactants…).
  • Analyse du besoin par le consultant SEO : “Mon client veut tout revoir/tout casser, mais surtout ne perdre aucune visibilité dans les moteurs de recherche.”
  • En bonus, l’idée que s’en fait le DSI : “Et si on en profitait pour revoir le processus de commande et l’intégration du site dans votre système d’information.”
Ce qu’il faut retenir ? Chaque prestataire voit un projet de refonte sous son prisme de compétences. Et, comme chaque prisme est différent, les réponses seront différentes.
Il donc important, pour vous, de bien définir le périmètre du projet pour que toutes les équipes travaillent de concert, avec le même objectif et les mêmes contraintes.

Normalement, le chef de projet est la pierre angulaire (et même parfois la pierre de Rosette entre le langage-client et “le reste du monde”) du projet, car c’est à lui que revient la lourde tâche de faire correspondre vos besoins avec les spécificités du projet. 

Malheureusement, il n’est pas rare de trouver des chefs de projet qui ne tiennent compte que de ce qu’ils maîtrisent / que de ce que leur agence sait faire. Et souvent, malheureusement, le volet référencement naturel est laissé pour compte, sous prétexte que le sujet est mal maîtrisé par le chef de projet, alors que le volume de trafic du site reste bien au cœur de la problématique !

Le processus décisionnel

En fonction de l’équipe projet, il y a un point à ne pas négliger :

Le chef de projet

Normalement, le chef de projet est la pierre angulaire (et même parfois la pierre de Rosette entre le langage-client et “le reste du monde”) du projet, car c’est à lui que revient la lourde tâche de faire correspondre vos besoins avec les spécificités du projet. 

Malheureusement, il n’est pas rare de trouver des chefs de projet qui ne tiennent compte que de ce qu’ils maîtrisent / que de ce que leur agence sait faire. Et souvent, malheureusement, le volet référencement naturel est laissé pour compte, sous prétexte que le sujet est mal maîtrisé par le chef de projet, alors que le volume de trafic du site reste bien au cœur de la problématique !

Qui voudrait refondre son site, même s’il l’a assez vu, si on lui disait qu’il allait perdre 30 ou 50 % de ses visiteurs et de ses devis/chiffre d’affaires ?!

D’autant que les apports du consultant en référencement naturel se feront à chaque étape du projet : de la maquette jusqu’à la mise en ligne !

C’est donc souvent au consultant SEO d’endosser une part de gestion de projet, afin de remettre les contraintes liées au référencement naturel dans les débats et les différents arbitrages.

J’entends dans le fond de la salle : “Mais si la première version du site ne fait pas de trafic, le SEO n’est pas important”. C’est bien là que vous trompez ! Pensez-vous qu’Usain Bolt a battu le record du monde du 100 et du 200 m sans préparation ?! 😏

Et sans chef de projet, ça marche aussi ?

J’ai travaillé, un jour, sur un projet de création de site qui n’avait pas de véritable chef de projet. C’était avec une agence qui proposait une “expérience de projet” où chaque acteur, au fil du projet, se passait le relais de la gestion de projet. 

  • Au départ, c’était le consultant qui faisait la gestion de projet pour établir la stratégie et le cahier des charges.
  • Ensuite, le bâton témoin était passé à l’UX designer pour faire les maquettes.
  • Puis c’était au tour du développeur de prendre le relais pour intégrer l’ensemble des éléments dans le code du site.

Sur le papier, c’est beau. Dans la réalité, ce processus permet de créer des sites, même de très beaux sites ! Sauf que la prise en compte du référencement naturel passe toujours après les besoins/envies/contraintes de la ressource qui gère le projet. Autant dire que le consultant SEO doit négocier et se battre avec chaque ressource, à chaque étape, pour que les contraintes soient respectées… Et, malheureusement, seule une partie des recommandations auront été mises en œuvre…

À cette problématique s’ajoute le fait que les optimisations techniques non mises en œuvre lors de la création du site ne seront pas prises en charge gratuitement par l’agence, et ne seront pas vendues par la suite (puisque la refonte du site incluait les recommandations SEO…)

La prise de décision

S’il y a un élément qui n’est jamais abordé dans la gestion de projet, c’est la prise de décision ! Quelqu’un a dit un jour “Plus on est de fous, plus on rit”. Et il avait bien raison ! 

Plus il y a de personnes impliquées dans le processus de décision, et moins le projet avance.

Comme nous l’avons vu précédemment, chaque “technicien” voit le projet du bout de sa lorgnette, et “tente de tirer la couverture à lui” :

  • Le développeur veut absolument la dernière technologie à la mode, pour qu’il puisse coder en se faisant plaisir.
  • L’UX designer veut des maquettes sans texte avec de grands visuels, pour que le visiteur soit plongé dans l’univers du site.
  • Le webmaster veut un CMS qu’il maîtrise, pour gagner du temps au quotidien.
  • L’agence veut gérer le projet dans sa globalité, même si elle ne maîtrise pas certains aspects techniques (interface entre le système d’information et le site, worflow…)
  • Le chef de projet veut livrer le site le plus rapidement possible.
  • Le consultant SEO veut conserver les résultats de l’ancien site, et éventuellement les améliorer.

Le management participatif

Au début de ma carrière, j’ai travaillé sur la refonte graphique d’un site. Malheureusement, presque tous les salariés ont eu le droit de donner leur avis sur la maquette graphique… Autant dire qu’il y avait autant d’avis que de personnes. De plus, seule une poignée de salariés (voir même personne n’)a tenté de se mettre à la place de l’internaute-cible idéal qui devait venir sur le site web et faire une demande de contact…Au final, la nouvelle mouture graphique du site n’a jamais vu le jour. 

Qu’est ce qui aurait pu sauver le projet ? Quelqu’un qui “tranche” et qui décide de l’orientation à donner ! 

La délégation

Autre contexte, autre projet : un projet est signé avec le patron qui n’a pas le temps de s’en occuper. Il désigne donc un CPU (chef de projet utilisateur) qui fera en sorte que le site internet soit en ligne. Je vois l’adresse e-mail du patron dans les différents échanges, et le projet avance étonnamment bien. Mais, au moment de la mise en ligne, le patron se réveille, et revient sur les 3/4 du projet (je vois tous les chefs de projet sourire, parce que ça leur est aussi arrivé). Dans l’incompréhension totale, je finis par comprendre que le CPU n’était autre qu’un stagiaire, de passage pour 6 mois dans l’entreprise… Autant dire qu’il n’avait aucun pouvoir de décision, ni aucune légitimité pour valider quoi que ce soit sur le site…

Ce qu’il faut retenir pour que le projet réussisse :
  • Travailler avec une équipe projet (côté client) limitée.
  • Inclure les personnes qui ont le pouvoir de décision, et qui sont au cœur de la problématique client.
  • Définir/identifier la personne qui décidera en cas de statu quo.

Les biais cognitifs

Pour finir, le 3e point dont on ne parle jamais, ce sont les biais cognitifs dans la communication. 

Quand l’un des membres de l’équipe projet vous dira quelque chose, vous n’en retiendrez certainement qu’une partie : vous n’entendez que ce que vous avez envie… J’irais même jusqu’à dire que vous interpréterez les propos comme ils vous arrangent, dans votre contexte, sans tenir compte de la personne qui vous parle, et de la façon dont vous devriez l’écouter… Un peu comme quand vous dites à votre enfant : “Si tu n’écoutes pas, tu seras privé de manège.” Celui-ci commence déjà à pleurer, parce qu’il a compris/retenu qu’il était privé de manège… Même s’il n’a pas encore désobéi.

En conclusion

Maintenant qu’on a passé en revue les clés du succès du projet (ou de l’échec), et comme je ne suis plus que consultant en webmarketing (j’ai arrêté la gestion de projet de création de site, pour le bien de ma santé mentale), je vous invite à lire mon article pour réussir une refonte de site du point de vue du référencement naturel, car, malgré ces éléments, il est tout à fait possible d’améliorer le trafic et les objectifs d’un site en réalisant une refonte de site SEO dans les règles de l’art.